21/04/2005

Amarante

Amarante se trouve étagée sur la pente d’une colline en bordure du Tâmega.

C’est une ville que j’ai aimé visiter. Elle est encore pittoresque et les veilles demeures portant des balcons de bois, des grilles en fer forgé et des écussons sur leurs façades apporte une très belle atmosphère à cette bourgade.

Les origines de la ville sont mal connues, mais le premier peuplement remonterait à 360 av. J.-C. La ville a presque été totalement incendiée en 1809 (cfr « les diables d’Amarante ») après le siège des troupes françaises conduites par le maréchal Soult.

São Gonçalo était et reste encore un saint très populaire né à la fin du XIIe siècle.

Lorsque le vieux pont romain, qui enjambait la Tâmega, s’effondra au XIIIe siècle, on dit que São Gonçalo le reconstruisit.

Faiseur de mariage, ce saint est associé à la fertilité.

Dans la chapelle du monsteiro de São Gonçalo , à gauche du cœur, se trouve le tombeau de ce saint. J’y ai croisé une jeune femme priant et partir après avoir embrassé l’image du saint au niveau du visage et déposé une fleur sur le tombeau.

 

Le musée de Amadeo de Sousa-Cardoso présente (outre le couple de diable) une collection d’œuvre de la période cubiste de l’artiste Amadeo de Sousa-Cardoso (1887-1918), l’un des grands peintres portugais du XXe siècle, qui est né à Amarante.

Il entre bien dans le mouvement de cette époque.

 

La petite église de São Pedro est à visiter ne fut-ce que pour occuper le pauvre vieux qui reste là assis à l’entrée pour allumer les lumières et surveiller les allées et venues. C’est une jolie église du 18é de style baroque. Ce monsieur se fera un plaisir de vous conter l’histoire de cette construction qui a été fermée de nombreuses années et que le bénévolat de plusieurs retraités a réussit à rouvrir au public.

 

N’est-elle pas attirante, la belle ville d’Amarante ?

Pour voir quelques clichés que j'y ai pris, cliquez ici:

http://nettah.over-blog.com/album-21228.html

 

 



17:32 Écrit par Nettah | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.