02/05/2005

Famille...

Quand mon regard croise celui d’un petit enfant, j’y vois tant de beauté souvent salie par la connerie des adultes qui oublient  tout ! On ne fait que répéter sans cesse, on n’apprend jamais rien… à quoi sert notre soi-disant avancée, notre soi-disant connaissance des choses. On ne connaît rien de rien. J’ai souvent haïs les adultes, je les voyais dans mes rêves d’enfant enlever leurs visages cagoules révélant des têtes d’ampoules. Je les observais cachée dans l’obscurité, terrorisée. Ils communiquaient entre eux par intensité de lumière. Je me disais, il ne faut pas leur faire confiance, ils ne sont pas d’ici…ils vont nous faire du mal…

Je les ait haïs longtemps, adolescente…je ne supporte toujours pas ceux qui se disent "adulte"…connerie…ceux qui se disent "adultes" ne comprennent rien au sens de la vie…qui perd son âme d’enfant, perd sa vie, perd la faculté de voir…Ma famille a essayé de me casser, ils n’y sont pas arrivés et ils n’y arriveront pas. Mon père est mort et ma mère est pire que cela…mes frères je ne sais pas ce qu’ils sont, l’avenir me le dira peut-être un jour et les autres…

J’ai accouché de mon fils et moi avec lui.

Je suis morte et je suis revenue pour une nouvelle vie. Je suis devenue une femme …je suis une mère et plus la fille de personne et c’est mieux !

La souffrance…lorsqu’ils ont arraché mon fils avec les forceps de mon corps, ils m’ont arrachée avec…des morceaux de moi sont morts pour mieux renaître.

Ma vie d’avant est une sorte de rêve…ma famille ne me manque pas…aucune tristesse…un soulagement…une liberté…une beauté…

La famille n’est pas de sang, il faut pouvoir partir et arracher les liens ensanglantés qui nous tiennent et nous bouffent, nous rongent, nous assassine à coup de poing dans l’âme.

« T’ES QU’UNE MERDE !!!»

J'vais pas m’étaler sinon les horreurs vont fuser et tu es mort…je t’aimais…toujours rejetée…

J’avais ma bulle que personne n’avait le droit de franchir…pas me toucher…pas dire…pas montrer…pas revivre ça…

Je suis tellement mieux sans ma génitrice…il y a longtemps qu’elle ne mérite plus le doux nom de maman…je ne veux pas te voir…encore moins t’entendre…pauvre ivrogne perverse…pauvre malade…pauvre idiote…






15:38 Écrit par Nettah | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.