14/06/2005

29.03.05

Il y a tant d’horreur partout que la honte me submerge lorsque je râle pour les frustrations que nous ressentons dans la vie. Nous avons eu une chance énorme de naître dans cette partie du monde, nous pouvons choisir. Il y a tant de gens qui n’ont pas ce privilège, qui ne peuvent sortir de leur situation.

J’ai peur de mes choix car j'ai un fils et j’ai l’impression que le monde va exploser.

(...)

Dans l’émission de Thierry Ardisson « Tout le monde en parle » dimanche passé, une femme est venue parler de son "boulot". Elle déterre les charniers Rwandais pour faire parler les corps et punir les bourreaux. Les os parlent et nous disent par exemple que les tortionnaires ne tuaient pas directement leurs victimes car elles ont toutes en commun la trace de la même blessure, elles avaient eu le talon d’Achille sectionné pour qu’elles ne puissent pas fuir.

Lorsque j’entends ces histoires, ces horreurs, ces monstruosités, je ne peux pas les oublier et zapper. J’y pense et ne comprends pas…je suis comme une éponge mais le jus est tellement affreux, poisseux.

Je ne peux pas concevoir que l’on puisse se réunir le soir devant le JT et manger toutes ces horreurs et ses vies piétinées comme si c’était une part de gâteaux…ce n’est pas un jeu.





15:31 Écrit par Nettah | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.