26/08/2005

 Correspondance II

Il m’arrive de me demander lorsque je me retrouve face à des images, des récits de guerre, des lettres de gens simples qui vivaient une vie normale et qui se retrouvent face au chaos, il m’arrive, donc, de me demander égocentriquement quel serait mon comportement. Quelles faces cachées de ma personnalité cela révèlerait…serais-je téméraire, héroïque, honnête ou bien lâche, mesquine, cruelle ou un subtil mélange de tout cela? Je me le demande mais je ne souhaite pas le savoir !

 

Je trouve la lettre que vous allez lire très belle, truffée d’humanité. Une belle leçon d’espoir et de lutte contre la noirceur qui vous prend au cœur et vous bouffe jusqu’à l’amertume.

 

 

 

 

"Alès le 14 juin 1940

 

     Chère petite maman,

     J’espère que vous êtes tous encore en bonne santé femmes, enfants et hommes.

     Je voudrais bien que dans ta prochaine lettre, tu me donnes plus de nouvelles et surtout de détails sur votre façon de vivre.

     Ici, à Alès, notre vie s’organise. Actuellement, je ne suis plus convoyeur avec mon oncle Albert.

     Comme il fallait, un employé pour le service de ravitaillement des réfugiés, j’ai été accepté et Roger a pris ma place.

     De cette façon, tout le monde travaille et Roger a trouvé un logement également ; il n’y a plus que tante qui n’est pas casée.

     Encore une bonne nouvelle. Ce jour, j’ai demandé au bureau afin d’avoir une indemnité de nourriture pour le personnel qui ne mange pas au centre d’accueil et nous recevons à partir de cette semaine 10 francs pour notre nourriture. Nous avons de ce fait, 30 francs par jour. Quand à la réquisition du camion, j’ignore encore les conditions mais j’espère que nous pourrons avoir pour chacun encore 10 francs par jour.

     En ajoutant à cela, notre journée, nous aurons chacun 40 francs par jour, sans compter les suppléments de nourriture que nous pouvons faire.

     Donc, du côté matériel tout s’arrange, cela te tranquillisera.

     Quand au moral, le mien est bon comme d’habitude, tu le sais et tu me l’as  reproché suffisamment. Je t’assure que par les temps actuels, cela est nécessaire ; Paulette, d’abord, pour cela commence à se remettre, bien que maintenant, elle est ennuyée depuis l’entrée en guerre de l’Italie.

     J’ai fait différentes démarches, également afin d’avoir des nouvelles de son père ainsi que de son frère. Malheureusement sans suite pour le moment.

     Le petit Georges se porte bien et comme nous habitons en dehors de la ville, soit un peu à la campagne, je puis t’assurer qu’il se trouve à la maison que pour boire, manger et dormir. Le petit Robert, lui n’est plus reconnaissable, il ne fait que manger.

     J’ai su obtenir pour eux, des boites de Nestlé ainsi que des boites de Phoscao (genre d’Ovomaltine).

     Quand à nos voisins, ils sont vraiment charmants.

     Nous avons reçu une table, 5 chaises, un poêle, 2 ressorts, des couvertures et presque tous les jours ; ils nous apportent, des légumes, des pommes de terre, fruits, œufs, enfin beaucoup de choses.

     Par le maire d’Alès, j’ai obtenu également des casseroles, tasses, verres, assiettes, couverts, draps de lit, paillasse, oreillers et je vais essayer maintenant d’obtenir encore quelques couvertures ainsi qu’une petite baignoire pour enfant.

     Bien entendu tous cela ne représente pas notre intérieur mais le principal, vois-tu maman, c’est de pouvoir travailler, manger, dormir et surtout vivre, parceque malgré tout, je désire encore vivre ; cela est peut-être drôle mais j’ai toujours eu des idées bizarres.

     Fabienne n’a pas encore de nouvelles de Robert. J’ignore où elle écrit pour obtenir des renseignements, mais moi on m’a conseillé d’écrire à l’adresse suivante :

                             C.R.I. du C.T.

                             A Gignac-Gard

     Il parait que là se trouve l’état-major belge où une partie ou les bureaux.

     Et pour Germaine et Aimé, toujours pas de nouvelles ainsi que de François ?

     Aussitôt que vous saurez quelque chose faites-le moi savoir.

 

     Maman, j’attends de tes nouvelles le plus tôt possible.

     Beaucoup de baisers de nous tous ainsi que du petit.

                                                                                                   Robert"

 




01:43 Écrit par Nettah | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

Merci / Obrigado Merci pour ta visite, retourne vite, il y a toujours de nouvelles photos du Portugal que j'aime.

Écrit par : Platero | 26/08/2005

guerre Merci de nous faire partager ces souvenis remplis d'émotions.
Bon week end!

Écrit par : christina | 26/08/2005

idées bizarres apparamant, moi et ton grand-père nous avons tous les 2 un point commun ... ba, oui! moi aussi j'ai des toujours eu des idées bizarres

Écrit par : nelsonmateus | 26/08/2005

Oh mais de rien Francisco... ...Je ne savais pas que tu parlais Français!
Bon weekkend à toi aussi Cristina et je suis heureuse que ces lettres te touchent.
Nelson, nous sommes même trois!

Écrit par : Nettah | 28/08/2005

Les commentaires sont fermés.